discriminations/
 
discriminations/
discriminations
discriminations/
esclavages, exclusions, justice, mensonges, misère, Nièvre, otages, politiques, révolte, témoignages, trahison, zones rurales.
discriminations/
en zone rurale, les discriminations ne laissent aucune chance.
discriminations/
les discriminations m'empêchent de vivre
discriminations/
Voilà des discriminations subis dans mon village. C'est une spolliation devant l'équité et le droit en tous domaines.
discriminations/
Les discriminations ont des conséquences sur le devenir économique, physique, psychologique... quand elles sont un état d'esprit général.
discriminations/
quand les discriminations retirent les droits vitaux
discriminations/
La justice en zone rurale est encore plus éloignée des pauvres que les supermarchés des villes. La justice des campagnes s'appelle la loi de la jungle en raison des ententes tacites et du laisser faire. On ne contrarie pas les notables que l'on connait... En zone rurale, le monde est petit et les puissants se côtoient souvent. Malheur aux faibles. - Sachez si vous souhaitez vous installer en zones rurales que vous aurez difficilement raison contre les puissants... ils existent des réseaux mafieux qui ont le droit du sol... vous ne réussirez jamais dans certaines campagnes.
La révolte est un droit devant l'oppression. Te révolter, c'est vouloir reprendre le pouvoir sur ta vie. C'est déposséder les voleurs de leur butin. C'est récupérer les outils pour rebâtir ta vie. - Jusqu'où supporteras de te voir abaissé avant que tu ne te révoltes ? T'aimes-tu toi même, si tu ne te révoltes pas ? Si tu n'obtiens pas justice, si tu perds ta dignité, si tu perds l'honneur, alors, n'hésites pas : coules le bateau des pirates.
La Nièvre est la région où je suis retenu en otage depuis 1998. Dans une nature verte, une misère noire se cache. Nous vivons à l'écart du monde dans un isolement social et économique qui nous fait mourir trop tôt. - Je suis né dans le béton... je souffre dans la Nièvre. Ce département s'est refermé sur moi comme un piège. J'y ai été blessé physiquement et psychologiquement. J'y ai été ruiné économiquement... J'en suis l'otage dans ce monde du silence... Combien de jours encore, survivrai-je dans cette misère qui me ronge chaque jour un peu plus.
Ce monde est un spectacle qui mets en scène des acteurs qui te font vivre un rêve où tu seras toujours spectateurs ou guichetier ou placeur... mais tu n'en tireras jamais profit pour toi même. Cette mise en scène du statut social est une trahison. Lèves-toi et montes sur scène... devient acteur... refuses la trahison... tu y as droit toi aussi à ta place dans la société... et pas comme figurant. - La justice des riches contre le malheur des pauvres est une trahison... Ce monde est aussi le tien. Réclames la justice et l'équité pour toi aussi.
Combien de temps souffrirons nous avant d'avoir le courage d'en parler. Les témoignages permettent à d'autres de se rendre compte qu'ils ne sont pas seuls à souffrir. Les témoignages mobilisent et rassemblent... Témoigner, c'est semer la première graine de la guérison. Témoigner, c'est l'expressions de la révolte contre l'injustice du mal qui nous touche. - On t'a appris à te taire quand tu souffres... à ne pas déranger les autres... moi je te dis qu'il faut crier ta souffrance pour ameuter tous le quartier afin de te porter secours. Ton témoignage va mettre en marche les autres vers la libération collective.
Les mensonges des riches est le salaires qu'ils donnent aux pauvres... un salaires fait d'espoirs et de vents... ils vous font croire à leur générosité... faites cela pour eux... car eux font rien de ce vous pouvez faire à leur place. - En zone rurale, le mensonge est partout... il sert la naïveté du nouveau venu... du simple d'esprit... de celui qui leur fait confiance... plus l'oppresseur est puissant, plus le mensonge est gros...
La misère se cache dans les campagnes... elles se remarque dans les villes d'où on cherche à l'envoyer vers les campagnes. La misère est le résultat de la répartition de richesses où le plus puissant rafle la mise en s'accaparant la quasi totalité de ce qui est disponible. - La misère n'est pas l'absence mais l'injustice de la distribution. A notre époque, la seule cause de la misère est l'injustice de la répartition de richesses entre les classes sociales.
La politique est l'art de manipuler les idées qui conduisent des foules à se mobiliser et à se se faire élire sur des programmes auxquels on ne croit pas. - L'homme politique n'existe pas. On ne doit rien donner aux gens sans leur participation. Ils faut qu'ils soient acteurs de leurs projets... et à quoi bon des hommes politiques dans ce cas, un bon animateur suffira.
L'exclusion est une pratique de mise à l'écart d'une partie de la population au nom de n'importe quelle différence. C'est du racisme pour l'étranger... mais l'étranger, n'est pas seulement celui qui vient d'un autre pays, mais ce peut être celui qui vient d'une autre région, d'une autre ville ou bien tout ceux que l'on veut exclure au nom d'une différence quelle qu'elle soit. - Dans les zones rurales, l'exclusion est historique pour celui qui n'est pas "du pays". Tout ce que l'on peut tirer de lui par contre, est accepté.
Les zones rurales sont des pièges où les gens des villes viennent parfois y détruire leurs vies. La nature est belle mais elle cache une autre misère sociale que tu n'imaginais pas avant d'y être dépossédé de tes biens. Il y a beaucoup de misères insoupçonnées dans les zones rurales. La vie est en ville. - Beaucoup de citadins voient un eldorado dans les campagnes...mais les zones rurales ne tiennent pas leurs promesses... il n'y a ni confort ni progrès ni solidarités... méfies-toi avant de venir t'y installer. Au début, tu aimeras le calme... et puis, tu le détesteras. Tu découvriras l'isolement et la misère sociale.
Certes, le gouvernement français sait aller chercher des otages à l'étranger sous l'oeil des caméras pour manipuler les foules... mais je suis otage d'une misère tout aussi pire à seulement 250 km de Paris... elle porte le même nom quelque soit le pays : privation de liberté et risque de mort... mais la misère en France n'est pas secourable. - Prise d'otage dans la Nièvre.... depuis 1998, je suis retenu dans la Nièvre par la suppression des mes revenus... blessures physiques et psychologiques... depuis des années je crie mon désir de retrouver mon béton et de fuir cet enfermement... mais jamais je ne suis secouru... messieurs du gouvernement, j'habite en France... rendez-moi ma liberté, rendez-moi justice.
L'esclavage existe encore en France sous des formes pernicieuses de la non rémunération de travaux. Cela se pratique beaucoup dans les zones rurales. On n'hésite pas à utiliser les gens au chômage que l'on fait travailler gratuitement pour des emplois qui devraient être salariés... et parfois aux côtés d'autres gens qui eux, sont salariés. - L'esclavage semble avoir toujours existé dans les zones rurales où les gens en situation de faiblesse sont exploités sans rémunération. L'esclavage dans les zones rurales est organisé par les structures officielles qui profitent de l'absence de syndicat et d'association de défense auprès de ces travailleurs exploités.
discriminations/
justice
révolte
Nièvre
trahison
témoignages
mensonges
misère
politiques
exclusions
zones rurales
otages
esclavages

les discriminations m’empêchent de vivre

discriminations/
L'étiquette de pauvre au RMI en zone rurale est une condamnation capitale.
discriminations/
NAVIGATION

discriminations/

Voilà un peu de la discrimination telle que je la vis et je la subis dans mon village.

Les discriminations ne sont pas uniquement liées à l’emploi.

C’est une attitude globale d’exclusion des puissants contre les plus faîbles pour se rassurer sur leurs forces en détruisant et en abaissant quelqu’un.

C’est une spolliation devant l’équité et le droit en tous domaines.

La discrimination permet d’en imposer au plus faîble.

On doit s’en inquiéter quand elle a des conséquences important dans le devenir des gens qui les subissent.

Elles engendrent des dommages de tous ordres (économiques, physiques, psychologiques, ...) auxquels on ne peut échapper, surtout quand les mêmes discriminations se répêtent et deviennent un état d’esprit.

Je perçois à mon égard, des discriminations sur :

- l’utilisation de mes compétences et mon droit à gagner ma vie par le travail
- mon origine géographique (je suis une "pièce rapportée")
- mon âge ("vous avez 59 ans, prenez votre retraite")
- mon statut de RMIste ("je deviens une charge pour la société alors que je veux travailler"
- mon intégration sociale ("je ne peux pas m’exprimer, on ne m’écoute pas")
- la justice ("parce que je suis RMIste, mon avocat a liquidé mon dossier à mes dépends")
- la vie citoyenne ("je ne suis que le fond de commerce des services sociaux, je gène pour tout le reste, on ne tient pas compte de moi")
- l’intelligence ("ce ne sont pas les compétences qui décident, mais le choix des notables en place")
- l’aspect physque ("je ne suis pas balaise donc, ils m’ignorent")
- la ségrégation ("les gens que je vois depuis 8 ans ne me disent toujours pas bonjour")
- la protection de la santé ("la médecine dans ma région, 3 ans pour obtenir un bilan de santé")
- discrimination économique par les assurances ("les assurés qui peuvent faire valoir leurs droits... et les autres pour qui les assureurs jouent l’inertie")

Je n’ai cité ici que quelques exemples tant ils sont nombreux dans le "bocal d’un village rural".

Je n’ai plus aucune chance de trouver ma place dans cette société locale et je ne peux la fuir à cause de ma situation économique détruite par ces mêmes discriminations.

discriminations/


discriminations/
discriminations/
IMPORTANT
dans cette famille

discriminations/ discriminations/
liens utiles

discriminations/
Date article

discriminations
article 8 (les discriminations m’empêchent de vivre)
mis à jour le 25 mars 2007 et créé le 25 mars 2007 par Gavroche}
discriminations/
discriminations/
discriminations/
| Plan du site | | | |
discriminations/
Nouveaux sites 2013***
Lormes.poulbot.fr
discriminations/
ce jour jeudi
17 octobre 2019
discriminations/
DERNIERS ARTICLES
discriminations/
discriminations/
discriminations/
 
 
 
 
discriminations/